Tag Archives: Hyper-V

VMworld 09 : Burton Group compare les hyperviseurs; Hyper-V inachevé

2 Sep

Malgré les chiffres annoncés par le cabinet Centrify concernant la forte utilisation de Hyper-V dans les entreprises, il semblerait que l’hyperviseur de Microsoft n’ait pas encore fait l’unanimité. Le Burton Group, cabinet d’analyste que l’on ne présente plus, a présenté une des sessions de conférences lors de VMworld 09, à San Francisco. L’objet de la conférence, comparer les hyperviseurs, de VMware, de Citrix et de Microsoft. Comme le rapporte James Niccolai, d’IDG News Service, qui a suivi cette session, Burton a fait une comparaison de Citrix XenServer 5.5, Hyper-V Server R2, et vSphere 4.

Constat du Burton Group : il manque à Hyper-V 3 des 27 fonctionnalités que le cabinet considère nécessaires dans des infrastructures virtuelles de production : prioritisation du redémarrage des machines virtuelles, le support d’un mimimum de deux CPU virtuels par OS invité, et le manque d’un serveur de management fault tolérant. Sur les 42 fonctionnalités que Burton considère comme « préférées », Hyper-V en manque 14, Xen Server 5,5 17, et VMware, 7. Burton Group relève que Microsoft System Center Virtual Machine Manager ne peut pas fonctionner sur un cluster de serveur. Burton Group a cependant trouvé une fonctionnalité que XenServer 5,5 et Hyper-V ont et que VMware n’a pas : ce dernier ne supporte pas les autres hyperviseurs.

Virt-now, site français proposant des contenus techniques sur la virtualisation, a quant à lui réalisé aussi un comparatif d’hyperviseurs, VSphere 4 et Hyper-V R2. L’avantage revient bien évidemment à vSphere, hormis pour le coût, et les performances dans certains cas.

« Hyper-V est moins coûteux que VMware Infrastructure si on ne prend en compte que le coût des licences. D’autre part, dans nombre d’entreprises, son coût sera intégré dans un contrat de licence annuel. Autre atout : il est intégré à Windows Server 2008 vers lequel migreront tôt ou tard les comptes Microsoft. Quant au coût des systèmes installés dans les machines virtuelles, il sera e même quel que soit l’hyperviseur, mais différent selon la version de Windows Server -Standard, Enterprise ou Datacenter – qui comprennent respectivement une, quatre ou un nombre illimité de licences gratuites »

Publicités

Une entreprise américaine sur quatre utiliserait déjà Microsoft Hyper-V

1 Sep

C’est ce que révèle une étude présentée à VMworld réalisée par le cabinet Centrify, auprès de 500 entreprises qui utilisent la virtualisation dans leur entreprise. L’étude montre par exemple que 58 % des interrogés utilisent au moins deux hyperviseurs de nature différente. 24 % des environnements considérés dans cette étude ne sont pas basés sur VMware. Bien évidemment ESX ou ESXi est le plus largement utilisé, mais, plus surprenant, Microsoft serait utilisé par 25,5 % des entreprises. Les résultats peuvent être lus sur le site de ZDNet US

Image 10

[Polémique] VMware met-il la pression à ses partenaires ?

9 Juin

Veeam ESXi free supportPour Veeam, ESXi free, c’est fini. L’éditeur, qui vient de sortir de nouvelles versions de ses outils pour vSphere 4 (je vais y revenir), a du se résoudre à ne plus proposer ses outils de sauvegarde et de réplication pour ESXi gratuit, à la demande expresse de VMware. (ESXi est toujours supporté). La nouvelle, anodine au demeurant, a été, dans les faits, mal perçue par une partie de la communauté. Pour Ratmir Timashev, CEO et Président de Veeam, que nous avons eu au téléphone la semaine dernière, « Nous voulons être un bon partenaire, et donc, nous avons accepté la demande de VMware ». En bon petit soldat, Veeam a donc choisi de laisser tomber un pan de son activité, qui, à priori, était lucratif. La réaction est légitime. Quel partenaire aujourd’hui peut prendre le risque de se froisser avec VMware ? Mais ce dernier peut-il dicter ce que son écosystème a le droit ou ne pas le droit de développer ?

Lire la suite

Stockage : Citrix lance un programme d’interopérabilité pour XenServer et Hyper-V

12 Mai

Citrix SynergyLors de Citrix Synergy qui a eu lieu la semaine dernière à Las Vegas, Citrix a présenté la nouvelle mouture de son hyperviseur XenServer 5.5 mais aussi un nouveau programme Citrix Ready Open Storage, visant à vérifier l’interopérabilité de XenServer avec les fournisseurs de stockage tiers. Grâce à la technologie StorageLink, les entreprises clientes pourront être assurées que tout environnement virtualisé avec XenServer fonctionnera parfaitement avec l’ensemble de leurs systèmes existants de stockage, de sauvegarde et de reprise après sinistre. La fonctionnalité fait partie des « Citrix Essentials », également déclinés pour Microsoft Hyper-V.
Que ferait Microsoft sans Citrix ?
Encore une fois, Citrix vient à la rescousse de Microsoft, en lui proposant de combler ses lacunes. Citrix StorageLink est donc également disponible pour la plate-forme Microsoft Windows Server Hyper-V. Les certifications s’appliquent de même aux serveurs virtualisés avec Hyper-V, offrant ainsi une interopérabilité inégalée entre XenServer, Hyper-V et l’ensemble des systèmes de stockage leader sur le marché. Les membres du programme Citrix Ready™ Open Storage comptent plus de 20 fournisseurs de stockage leaders, notamment Brocade, CA, Dell, HP, Hitachi Data Systems, LSI, Microsoft Corp, NetApp et Symantec.

Lors du salon, nous avons eu l’occasion de filmer une démo de Storagelink pour hyper-v, qui fonctionne de la même façon pour XenServer.

Haute disponibilité : Double-Take comble les lacunes de Hyper-V

1 Avr

image-19Double-Take a lancé aujourd’hui la nouvelle version de son outil de réplication et de failover « Double-Take for Hyper-V » intéressante à plusieurs titres, car elle permet d’apporter des fonctionnalités encore manquantes à la technologie de virtualisation de Microsoft. Ce dernier, en s’appuyant sur les solutions de Double-Take est mieux armé pour concurrencer VMware VMotion et SRM (Site Recovery Manager).
Double-Take s’estime le mieux placé pour la réplication de machines hyper-v : son partenariat de longue date avec Microsoft lui a ouvert des portes. L’éditeur a donc pu développer le premier outil Lire la suite