Archive | stockage RSS feed for this section

[VMworld 08] Hitachi Data Systems compatible avec Site Recovery Manager

16 Sep

Hitachi Data Systems lance sur VMworld la première solution de réplication hétérogène pour les environnements VMware : Storage Replication Adapter pour VMware Site Recovery Manager.
Hitachi serait le premier fournissant une solution de virtualisation de stockage en environnement hétérogène, compatible avec Site Recovery Manager de VMware.
Storage Replication Adapter, est un plug-in logiciel conçu pour fournir aux entreprises des capacités de réplication en continu, à la fois locales en temps réel et à distance, ainsi que des fonctions automatiques de tolérance aux pannes, afin d’assurer une protection des données résilientes, une haute disponibilité et une reprise après incident dans les environnements VMware.

Stockage : Pourquoi les machines virtuelles aiment NFS [video]

9 Avr

Pour consolider ses machines virtuelles, les experts auraient tendance à conseiller du SAN, Fibre Channel ou iSCSI. Pourtant, certains DSI ont fait le choix d’utiliser uniquement le système de fichiers NFS. Michel Gacem, Directeur Consulting de Stordata, nous a confirmé, lors du NetApp Innovation Day 08, que cela peut être un bon choix, avec bien entendu ses limites.

La QoS au service des machines virtuelles [le stockage selon Pillar]

2 Avr

Si NetApp et EMC se positionnent sur le stokage dédié aux machines virtuelles-le premier étant visiblement mieux doté pour réussir cette tâche si l’on en croit les experts- le challenger Pillar Data y vient aussi.

Pillar, qui dispose d’une offre de stockage pour le moins originale (baie unique avec mécanismes de qualité de service), assure donc que sa plateforme de virtualisation de stockage permet de compléter efficacement la virtualisation côté serveur.
Les détails en image, avec David Dariouch, Directeur Avant vente Pillar.

Rainfinity d’EMC gère la mobilité et la rétention des données

27 Mar

Spécialisé dans la gestion du stockage multiniveau, l’archivage de fichiers et la gestion d’espace de nommage
global, la suite de logiciels Rainfinity d’EMC apporte de nouvelles fonctions d’administration du stockage en réseau, autour d’une interface unique.
L’acquéreur peut désormais virtualiser de gros volumes de données répartis sur des serveurs dédiés (NAS) multi-fournisseurs et éviter de sur-allouer ses ressources de stockage. En outre, il peut archiver automatiquement les fichiers en fonction des contenus, selon l’approche CAS (Content Addressed Storage. Sur un réseau FAN (File Area Network) composé d’un centre de données et d’agences distantes aux fichiers synchronisés par les équipements EMC, il assurera enfin la conformité de sa rétention d’informations.
Les dernières améliorations de Rainfinity concernent à la fois le logiciel Rainfinity Global File Virtualization et l’appliance Rainfinity File Management.

Bruno Picard, Netapp : Oui, NFS est plus simple qu’un SAN en environnement virtuel

19 Fév


Je vous avais parlé récemment d’un DSI qui lors de la table ronde « Virtualisation & Open Source » sur le salon Solutions Linux 08, avait affirmé consolider les fichiers de ses machines virtuelles sur un NAS, et via NFS plutôt que sur un SAN Fibre Channel ou iSCSI. Surprise dans la salle !
Et pourtant, si l’on en croit Bruno Picard, Directeur Technique chez NetApp en France, il semblerait que cette pratique (on oserait presque dire douteuse, si l’on en croit les réflexions des participants de cette table ronde, qui n’envisageaient même pas de se passer de SAN !) soit en fait très fréquente.

Je cite Bruno, avec qui j’ai eu une discussion intéressante sur le sujet il y a quelques jours. Rappelons que Netapp est très impliqué dans la virtualisation, et notamment avec VMware.

« Il y en a en effet de plus en plus d’entreprises qui utilisent NFS pour leurs machines virtuelles. J’ai des clients qui ont plus de 200 machines virtuelles qui tournent dans NFS !

« Et d’ailleurs, le raisonnement initial tient debout. Logiquement une machine virtuelle est globalement un fichier (VMDK pour le disque plus un fichier de description de la machine virtuelle). Donc, pourquoi ne pas le mettre en service de fichiers ? Mais ce n’est pas l’argument principal de ce type de déploiements. La véritable raison, c’est que c’est beaucoup plus simple en NFS, qu’avec un SAN.
Si vous voulez faire des opérations aussi simples que d’agrandir un volume VMware en SAN FC ou iSCSI, cela demande un certain nombre d’opérations, comme savoir reconnaître l’agrandissement de LUN côté stockage et faire reconnaître cet agrandissement de LUN côté VMware. Et c’est là que c’est complexe : quand on diminue la LUN côté stockage, comment faire reconnaître la diminution de la LUN côté ESX ? Faire du thin provisionning sur un SAN traditionnel est plus complexe qu’en service de fichiers. En NFS ces opérations sont instantanées et se réalisent sur une baie sans aucun problème »

Bruno Picard ne jette pas le SAN pour autant :

« Le SAN est légitime, par exemple pour consolider un très grand nombre de machines physiques, qui vont nécessiter de très fortes bandes passantes. Il prend tout son sens dans ce contexte. Mais en terme de performances en NFS sont très très proches du SAN« 

SGI sort une solution de virtualisation de stockage [made in LSI]

19 Fév

SGI a sorti sa nouvelle solution de virtualisation de stockage : Virtualized Storage Migration Solution (VSMS), destinée à aider les entreprises à résoudre leurs problématiques de migrations de données dans des environnements hétérogènes. Elle permet aussi l’allocation et la gestion des ressources de stockage (thin provisionning). Cette solution est en fait une version OEmisée de l’appliance SAN StoreAge de LSI.L’architecture peut être constituée deux modules hardware Control Path Module CPM, responsable du contrôle e de la gestion du chemin des données, et le Module Data Path (DPM, responsable du flux de données entre le serveur (et les applications) et le système de stockage, ou d’un switch intelligent Fibre Channel. De multiples fonctionnalités sont disponibles : multicopy (copie instantanée du volume), multimigrate (migration à chaud des données d’un stockage vers un autre), multimirror (miroir local synchrone ou délocalisé asynchrone) et enfin Multiview (snapshots avec roll back). Selon Didier Gava, responsable technique de LSI, la solution est surtout originale pour sa technologie de snapshot, « qui permet de faire presque de la sauvegarde continue (64 snapshots par volume), et qui permet de faire des snapshot de snapshots ». Un must, il parait pour les clients aux infrastructures de stockage complexes.

Datacore améliore sa virtualisation de stockage

15 Fév

Virtual Infrastructure Foundation Plus (VIF+) est une mise à jour de la solution VIF de Datacore. Les améliorations sont le provisionnement dynamique, la prise en charge de iSCSI, la technologie de migration de données SANmotion dynamique et la mise en mémoire cache des performances, et les snapshots. VIF+ prend de plus en charge les pools de stockage à provisionnement dynamique jusqu’à 4 To.

« La solution Virtual Infrastructure Foundation d’origine a aidé un grand nombre d’utilisateurs travaillant dans de petites entreprises à se familiariser avec la virtualisation du stockage. Toutefois, certains d’entre eux, notamment ceux qui envisagent d’acquérir des SAN Fibre Channel ou une combinaison de SAN iSCSI et Fibre Channel, recherchaient des fonctionnalités supplémentaires pour leur SAN de base » indique George Teixeira, CEO de DataCore Software, dans le communiqué. La combinaison de SAN Fibre Channel et iSCSI est en effet une tendance forte dans les datacenters.
Rappelons que VIF s’adapte à tout type de serveurs virtuels, qu’ils soient VMware, Citrix XenServer, Oracle VM, Sun VM, Virtual Iron et Microsoft.

VIF + est disponible, coûte environ 2 750 dollars.