Archive | nouveau produit RSS feed for this section

[VMworld 08] New products from VizionCore

16 Sep

sum up in english : VizionCore new vConverter 4.0, new vOptimizer Pro at VMworld 08.

En français : VizionCore annonce sur VMworld vCOnverter 4.0 qui serait l’outil le plus rapide du marché pour faire les conversions P2V et V2V. L’éditeur annonce aussi vOptimizer Pro qui permet de mieux gérerson espace de stockage.


Selon un communiqué, VizionCore annoncerait sur VMworld la disponibilité de la nouvelle version 4.0 de vConverter, l’outil pour les conversions de physique à virtuelle (P2V) et de virtuelle à virtuelle (V2V). vConverter 4.0 automatise et accélère les conversions vers les environnements Microsoft, Virtual Iron, VMware et XenServer permettant la migration de workloads entre ces plates-formes dans le cadre de projets de conversions programmées ou dans le cas de reprise après sinistre.

VizionCore annonce aussi vOptimizer Pro,qui permet aux clients de réclamer l’espace inutilisé ou excédentaire des machines virtuelles Windows™ et automatise la réclamation d’espace de stockage par les systèmes d’exploitation Windows des hôtes pour limiter les besoins et améliorer la performance des machines virtuelles.

[démo exclusive] VMware Site Recovery Manager, le PRA automatisé

27 Mai

D’ici Juin, Site Recovery Manager sera disponible. Ce produit made in VMware est destiné à simplifier la planification et le test des projets de reprise après sinistre.
Selon VMware,

Les plans de reprise après sinistre traditionnels exposent les entreprises à d’importants risques de panne prolongée parce que trop laborieux à mettre en place, fastidieux à maintenir et difficiles à tester

Site Recovery Manager, bien entendu compatible avec VI3 et Virtual Center, permet donc d’automatiser le PRA, en s’appuyant sur les serveurs virtuels créés pour les besoins du PRA.

VMware SRM est une petite révolution car il permet non seulement d’effectuer un failover automatique des serveurs et du stockage entre le site central et le site de secours, mais aussi d’effectuer des tests en temps réel, sans impact sur la production. Un moyen de vérifier que la partie infrastructure de son PRA fonctionne…

VMware Site Recovery Manager est compatible avec de nombreux logiciels de réplication comme 3PAR, Dell, EMC, FalconStor, Hitachi Data Systems, HP, IBM, LeftHand Networks et NetApp. SRM est compatible avec la plupart des logiciels de stockage, ce qui le rend totalement indépendant du matériel utilisé dans le cadre de son PRA.

Ci-dessous une démo exclusive de SRM en action, démo faite sur le stand de VMware lors de VMworld Europe 2008 qui a eu lieu à Cannes en février dernier.

La QoS au service des machines virtuelles [le stockage selon Pillar]

2 Avr

Si NetApp et EMC se positionnent sur le stokage dédié aux machines virtuelles-le premier étant visiblement mieux doté pour réussir cette tâche si l’on en croit les experts- le challenger Pillar Data y vient aussi.

Pillar, qui dispose d’une offre de stockage pour le moins originale (baie unique avec mécanismes de qualité de service), assure donc que sa plateforme de virtualisation de stockage permet de compléter efficacement la virtualisation côté serveur.
Les détails en image, avec David Dariouch, Directeur Avant vente Pillar.

HP ouvert à toutes les technos

2 Avr

HP a présenté hier de nouvelles technologies développées avec VMware, Citrix et Microsoft pour virtualiser les plates-formes serveurs HP ProLiant et BladeSystem.
Selon HP, les serveurs ProLiant, très répandus dans les entreprises, sont des plateformes privilégiées pour mettre en oeuvre un projet de virtualisation. HP avait annoncé lors de VMworld l’intégration de 3i dans ces plateformes. EXS 3i est disponible.

Le portefeuille de solutions de virtualisation intègre l’offre serveurs d’entrée de gamme HP ProLiant iVirtualization, les solutions d’infrastructures HP Insight Control et HP Insight Dynamics – VSE .

ProLiant iVirtualization n’a pas de religion : la solution supporte aussi bien ESX, Citrix Xen, et bientôt Microsoft Hyper V.

NEC préinstalle VMware sur ses serveurs tolérants aux pannes

17 Mar

NEC a présenté lors de VMWorld Europe 2008 son terminal US110, un poste de travail compact, ultraléger et néanmoins sûr et évolutif puisqu’il repose sur l’architecture de virtualisation du poste de travail Virtual Desktop Infrastructure (VDI) de VMWare. Entreprises et outsourcers restent en quête d’économies. Premières victimes de cette chasse au gaspi, les coûts d’installation et d’exploitation, confirme Denis Gallon, responsable du développement des ventes des solutions de virtualisation (VPCC) sur la region EMEA : “ Les renouvellements de parcs sont massifs à present ; ils concernent une fois sur dix le client léger. Mais les besoins en matière de consolidation des données, de téléphonie IP et de sécurité dopent la virtualisation au niveau des serveurs”.
La console d’administration SygmaSystemCenter procure une gestion centralisée des postes de travail.
Côté serveur, le nouveau NEC Express5800/320Fc tolére les pannes les plus fréquentes, pour 18 000 à 30 000 Euros selon la configuration. Disponible en rack 19 pouces, il apporte une continuité de services de l’ordre de 99,999% en environnement VMWare, soit un délai d’interruption annuel inférieur à 5 minutes. Pour mémoire, un cluster s’interrompt 8 heures 45 par an et un serveur ordinaire à disque RAID environ 43 heures par an.
Les deux microprocesseurs retenus (des modèles Intel Xeon 5300 Quad Core) fonctionnent de façon synchrone, c’est à dire qu’ils sont actifs simultanément. Ils accèdent aux disques durs SAS via deux bus PCI-Express gérant les entrées/sorties. En cas de panne d’un contrôleur, la bascule s’effectue sans perte de données. Selon les applications hébergées, des licences Windows Server et VMware ou Red Hat linux sont proposées ainsi qu’un service de télémainteance. Celui-ci permet d’obtenir un diagnostic et de remplacer (à chaud) le sous-ensemble affaibli, avant même qu’il ne soit défaillant.
“Notre centre ‘build to order’ d’Angers est en mesure fabriquer des plateformes personnalisées, sur commande. Les enterprises et les infogérants comme Atos, Cap Gemini ou Unisys apprécient nos serveurs haute disponibilité en racks prêts à brancher. Ils nous demandent parfois même de graver le logo du client, par laser, directement sur le chassis ”, précise Denis Gallon.

OB

Datacore améliore sa virtualisation de stockage

15 Fév

Virtual Infrastructure Foundation Plus (VIF+) est une mise à jour de la solution VIF de Datacore. Les améliorations sont le provisionnement dynamique, la prise en charge de iSCSI, la technologie de migration de données SANmotion dynamique et la mise en mémoire cache des performances, et les snapshots. VIF+ prend de plus en charge les pools de stockage à provisionnement dynamique jusqu’à 4 To.

« La solution Virtual Infrastructure Foundation d’origine a aidé un grand nombre d’utilisateurs travaillant dans de petites entreprises à se familiariser avec la virtualisation du stockage. Toutefois, certains d’entre eux, notamment ceux qui envisagent d’acquérir des SAN Fibre Channel ou une combinaison de SAN iSCSI et Fibre Channel, recherchaient des fonctionnalités supplémentaires pour leur SAN de base » indique George Teixeira, CEO de DataCore Software, dans le communiqué. La combinaison de SAN Fibre Channel et iSCSI est en effet une tendance forte dans les datacenters.
Rappelons que VIF s’adapte à tout type de serveurs virtuels, qu’ils soient VMware, Citrix XenServer, Oracle VM, Sun VM, Virtual Iron et Microsoft.

VIF + est disponible, coûte environ 2 750 dollars.

Brocade met en valeur provisionning

15 Fév

Le provisionning est à la mode et pour cause : c’est une des fonctionnalités les plus demandées par les DSI, à mesure qu’ils connectent leurs SAN aux serveurs virtuels dans leurs Datacenters.
Brocade justement propose une nouvelle offre dans ce domaine.
Adaptive Networking Service est une gamme de services ajoutés à la version 6 de l’OS Brocade. Elle prend particulièrement sens combinée à la nouvelle fabric DCX du constructeur.
Que font ces services ? Allouer des ressources de façon dynamique, en fonction des besoins des éléments virtualisés de l’infrastructure : serveurs, stockage ou réseau. Cela permet par exemple d’éliminer les congestions.
Plusieurs composantes sont disponibles. Adaptive Fabric Quality of Service est une fonctionnalité de qualité de service pour les applications, donnant priorité à l’une ou l’autre des applications de l’infrastructure; Adaptive Traffic Management services permet de gérer le flux de données en allouant une bande passante dédiée aux applications qui en ont besoin. Dynamic Fabric Profiling Services fournit des analyses des flux de données de bout en bout par application ainsi que de l’utilisation des ressources, fournissant une information détaillée à propos de l’impact sur les performances globales de la Fabric. Ces services identifient les points possibles de congestion, contrôlent et remontent des statistiques chiffrées pour l’utilisation des ressources physiques; Adaptive Policy Management services détecte les ressources physiques partagées sous-utilisées, les récupérant ou les réallouant pour optimiser les flux d’application selon les règles définies, s’assurant ainsi que les ressources virtualisées reçoivent le niveau de performance appropriée.
Notons que ces services sont également disponibles sous forme de mise à jour pour la gamme Brocade Directeur 48000.

Netapp se remet à niveau pour les infrastructures virtuelles [fini le scripting]

11 Fév

NetApp réaffirme son intérêt pour les machines virtuelles ESX en lançant ce matin Snap Manager for Virtual Infrastructure, sa nouvelle solution dédiée qui permet notamment d’effectuer des snapshots d’une ou d’un ensemble de machines virtuelles VMware sur une baie Netapp.
Cela n’a rien de surprenant. Depuis deux ans, NetApp et VMware travaillent ensemble pour interfacer le stockage aux environnements virtuels ESX, mais les mises en oeuvres relevaient encore du « bricolage », via du scripting. Netapp vient désormais sur le marché avec une offre sérieuse.
Si j’en crois le nombre de clients ESX utilisant des baies NetApp pour leurs environnements virtuels, la sortie de Snap Manager for Virtual Infrastructure est une bonne nouvelle. Netapp est visiblement populaire, certainement parce qu’il supporte à la fois le SAN FC, l’iSCSI ou …NFS. Ce dernier semble avoir la faveur des DSI, ce que confirme Bruno Picard, Directeur Technique de NetApp en France. Un point sur lequel nous reviendrons dans un prochain post.
Mais si Netapp ne cache pas ses excellentes relations avec VMware, la société ne cache pas non plus qu’elle travaille aussi sur les autres solutions de virtualisation comme celles de Citrix ou de Microsoft, même si ce dernier est en retard sur le marché.
NetApp annonce également ce matin l’intégration de son logiciel de mirroring Snap Mirror dans le futur Site Recovery Manager de VMware. Ce support permet de prendre en compte la réplication des données sur une baie NetApp, bien entendu dans un contexte de reprise d’activité.
Netapp a aussi mis l’accent sur Provisionning Manager qui permet le pilotage et l’automatisation de l’allocation des ressources. Il permet de mettre en œuvre des règles d’applications des ressources, indépendamment de leur localisation physique.
Même si cette possibilité ne cible pas spécialement les serveurs virtuels, elle vient à point nommé.
Enfin, NetApp annonce également la nouvelle version de son OS OnTap, avec des fonctionnalités de déduplication pour les Vseries et le support NFS D4.

Double Take passe à la restauration continue [grâce à TimeSpring]

11 Fév

Double Take a acquis TimeSpring, un spécialiste de la sauvegarde et la restauration en continu. Pour Double Take, cette acquisition renforce sa position dans le domaine de la reprise d’activité, aussi bien en environnent virtuel que physique. TimeSpring assure que sa solution « propose les meilleures capacités de reprise RPO du marché » si l’on en croit Rick Carlson, PDG de TimeSpring.

En intégrant TimeSpring à la gamme de produits Double-Take, l’entreprise étend son approche du recovery au-delà de la reprise après sinistre en cas de panne, à la reprise fonctionnelle comme par exemple la reprise après des erreurs humaines courantes.
TimeSpring permet à Double-Take de réaliser une protection rationnelle, ou au niveau élémentaire, à partir de n’importe quel point dans le temps (RPO). L’association de la réplication continue de Double-Take avec les capacités de RPO de TimeSpring, permet aux administrateurs informatiques de « revenir en arrière » dans les données du serveur et de récupérer les informations existantes avant une modification indésirable.

La granularité de la reprise fonctionnelle s’étend au niveau de l’application. Cela donne la possibilité aux utilisateurs de voir les données des applications en format natif, de sorte qu’ils puissent facilement reprendre à partir de n’importe quel point dans le temps. La sensibilité aux applications du produit permet aux administrateurs de déterminer les points de cohérence des applications leur offrant la meilleure reprise fonctionnelle. Cette association de technologies influence également la protection et la reprise d’applications spécifiques de la manière suivante :

* Microsoft SQL – reprise des données SQL depuis des points dans le temps multiples ;
* Microsoft SharePoint Services – retour à travers plusieurs versions d’un site SharePoint directement dans un navigateur et reprise des éléments par simple glisser-déposer depuis une ancienne version du site vers la dernière version ;
* Microsoft Exchange – accès à des capacités de reprise au niveau élémentaire permettant la reprise rapide de banques de données de messageries Exchange ou d’éléments de courrier, de rendez-vous du calendrier et même de tâches Outlook indépendants.

La transaction consiste en un achat de 100 % des actions en circulation de TimeSpring, pour un coût total d’environ 8,3 millions de Dollars, plus les frais de transaction, soumis à certains ajustements habituels après finalisation.

Nouvelle version de Fusion [‘parait qu’ils léopardisent mieux]

2 Fév

VMware vient de rendre disponible la version 1.1 de Fusion, que les utilisateurs attendaient notamment parce qu’elle supporte Leopard. D’autres nouvelles fonctionnalités sont également intéressantes comme le support expérimental de DirectX9 (pour les jeux et le multimédia sous Windows), le support de BootCamp avec Vista…Vous pouvez télécharger une version d’essai.
Mais l’autre nouveauté de taille est que Fusion 1.1 s’accompagne de VMware Importer (en beta), le nouvel outil de migration de machines virtuelles. Cet outil vise directement les utilisateurs de Parallels Desktop, en permettant de transformer ses machines virtuelles Parallels vers des machines Fusion. On le sait, la compétition fait rage entre les deux éditeurs.
D’ailleurs, Régis Duschenes, Directeur de l’équipe Fusion chez VMware aux US a posté un commentaire intéressant sur son blog, à propos de la « vraie » virtualisation de Leopard.
Parallels avait voulu créer l’événement sur son stand lors de Mac World 2008, avec une démo de Parallels faisant tourner Leopard dans une machine virtuelle.
Mais VMware, sur le même salon, en avait aussi sous le pied apparemment. Régis détaille dans son post en quoi Parallels fait de la « fausse virtualisation » contrairement à Fusion. En résumé : depuis que Apple a changé sa licence d’utilisation, c’est à celui qui prouvera qu’il le fait le mieux. En course, QUEMU, Parallels et Fusion. Selon Régis, les deux premiers ont certes fait une démo mais ce qu’ils proposent est encore limité. Alors que VMware fait de la vraie virtualisation et supporte tous les périphériques…

Pour terminer, trouvé sur YouTube, une vidéo (bon, carrément orientée VMware, mais c’est de bonne guerre) qui montre des addicts et la démo Mac OS X Server sur Fusion faite par Régis sur le salon Mac World. (la démo arrive sur la fin de la vidéo). Apparemment, ça marche…