Archive | Microsoft RSS feed for this section

Haute disponibilité : Double-Take comble les lacunes de Hyper-V

1 Avr

image-19Double-Take a lancé aujourd’hui la nouvelle version de son outil de réplication et de failover « Double-Take for Hyper-V » intéressante à plusieurs titres, car elle permet d’apporter des fonctionnalités encore manquantes à la technologie de virtualisation de Microsoft. Ce dernier, en s’appuyant sur les solutions de Double-Take est mieux armé pour concurrencer VMware VMotion et SRM (Site Recovery Manager).
Double-Take s’estime le mieux placé pour la réplication de machines hyper-v : son partenariat de longue date avec Microsoft lui a ouvert des portes. L’éditeur a donc pu développer le premier outil Lire la suite

Publicités

Le Datacenter de demain sera-t-il sans toit ?

20 Fév

image-11Microsoft a dévoilé la semaine dernière, lors des TechDays, ses travaux en matière de Green IT. Windows 7 devrait donc être conçu pour économiser de l’énergie et savoir éteindre le PC lors qu’il ne travaille pas. Mais l’un des axes les plus intéressants reste sa vision du datacenter de demain que Microsoft compte utiliser pour concrétiser son offre de Cloud Computing AZURE. Un Datacenter modulaire, à la manière d’un gigantesque jeu de LEGO, avec comme brique de base, un container contenant serveurs, stockage et réseau. Ce dernier n’est certes pas sans rappeler le Sun BlackBox. Mais Microsoft va plus loin, en les empilant au fur et à mesure des besoins. Signe particulier de ce Datacenter dit de 4è génération : il n’aura pas de toit, pour profiter de l’air ambiant et assurer un refroidissement économique et écologique. A voir en production.
Sur http://www.vertualiser.com, une vidéo de Bernard Ourghanlian, détaillant ce projet tout de même surprenant.

La SETAO utilise APP-V pour ses applications [Video]

17 Fév

On va encore me dire que je parle trop de la SETAO. Mais encore une fois, cette grande PME dépendante de la Caisse des Dépôts se fait remarquer : utilisatrice de VMware sous toutes ses formes depuis 2000 (ESX, VMotion, DRS, HA), elle est actuellement en pleine phase d’évaluation de VMware View 3 (y compris les Linked Clones), et est une des premières utilisatrices de SRM (Site Recovery Manager) pour son PRA. Et elle utilise App-V de Microsoft (ex-SoftGrid) dans VMware View 3 !
Lire la suite

VMware : Intel revend ses parts [Préférerait-il Microsoft ?]

3 Nov

Cisco a renforcé sa participation au capital de VMWare en rachetant la semaine dernière 500 000 actions à Intel pour une valeur de 13,3 millions de dollars. Cisco détiendrait donc 1,7 % de VMware. Pour l’heure, peu de commentaires circulent sur cet achat surprise. Le communiqué de Cisco explique que l’objectif est de renforcer « la forte collaboration entre Cisco et VMware, pour l’élaboration de solutions à l’intersection entre la virtualisation et le réseau ». Côté Cisco, rien d’illogique dans cette action : le géant a de plus en plus besoin de s’adosser à un hyperviseur, et même si certaines rumeurs le faisaient racheter Citrix prochainement, il semblerait que ESX soit préféré à Xen. Dans le milieu, on parle souvent d’une combinaison gagnante, entre la technologie VMware, et les commutateurs Cisco. L’annonce en septembre dernier du commutateur virtuel Nexus 1000Ven est un bon exemple.

Le mystère Intel

En fait, la partie la plus surprenante et mystérieuse de cette nouvelle reste celle sur Intel. Pourquoi le fondeur revend-il ses parts ? L’été dernier, d’autres rumeurs circulaient sur un éventuel rachat de VMware par le fondeur. Bien que ce ne soit qu’une rumeur, les actions conjointes entre les deux sociétés signifiaient bien leur forte entente. La crise économique qui bat son plein aurait-elle contrainte le fondeur à récupérer des liquidités ? Peut-être, bien que les derniers résultats trimestriels soient bons (chiffre d’affaire en progression de 1,25% pour atteindre 7,48 milliards d’euros). Mais Paul Ottelini, le CEO de Intel, est quand même resté prudent sur les prévisions pour le trimestre prochain. Tentons une autre possibilité : Intel se désintéresserait-il de VMware, tout occupé qu’il est à promouvoir ses technologies avec Microsoft ? Récemment, j’ai été intriguée de voir à quel point Intel défendait Hyper-V lors de conférences organisées par ce dernier. A la question : « Et VMware dans tout ça ? » que j’ai posé lors d’une de ces conférences, Intel s’était largement défendu en clamant qu’ils continuaient bien évidemment à travailler avec VMware, mais qu’ils ne pouvaient pas ignorer Hyper-V, tout comme ils n’ignoraient pas les autres hyperviseurs (Pat Gelsinger d’Intel avait fait un keynote à Citrix Synergy en Mai dernier). Intel et Microsoft travaillent depuis longtemps sur de multiples fronts, leur collaboration n’a effectivement rien d’une surprise. Et c’est bien normal pour un fondeur, d’être sur tous les fronts. N’empêche, j’aimerais avoir les commentaires de VMware et d’Intel sur cette annonce.

DERNIERE MINUTE : selon TheStreet.com, Intel aurait également vendu la semaine dernière le même volume à EMC, et s’apprêterait à partir d’aujourd’hui, de vendre encore pour 3,75 millions de parts. Intel revendrait ainsi la moitié de ses parts. Selon l’article, l’analyste Doug Freeman n’y voit aucun mouvement stratégique, mais un mouvement normal en bourse, pour compenser pertes et profits.

Zane Adam, Microsoft : "Je n’aimerais pas être à la place de VMware aujourd’hui"

5 Oct


Lors des Microsoft Days « Spécial Lancements » qui se sont tenus à la Porte Maillot jeudi dernier, et en marge des annonces officielles de Steve Ballmer, s’est déroulé un micro-salon dédié à la virtualisation. Pas d’annonce fracassante cette fois-ci (on ne peut pas en faire tous les mois), même si Microsoft était content d’annoncer la disponibilité (prévue) de Hyper-V Server (version light de hyper-V) J’ai eu l’occasion par contre de rencontrer Zen Adam, Senior Director Microsoft Virtualization chez Microsoft, qui est revenu sur la stratégie de l’éditeur, et sur l’annonce du cloud computing de la veille à Londres par Ballmer. Résultat : Microsoft est d’une confiance absolue quant au succès de hyper-v, et reste persuadé que VMware a du souci à se faire à l’avenir…La méthode Coué, ça marche aussi avec les hyperviseurs.

Quelle est la stratégie de Microsoft aujourd’hui ?

Notre stratégie n’a pas changé. Nous voulons couvrir la virtualisation de bout en bout, depuis le poste de travail jusqu’au datacenter, en passant par les applications. Et nous avons un outil d’administration performant.

Qu’est ce qui vous différentie des autres, notamment de VMware ?

Deux choses : le prix et la réduction de la complexité. Notre offre est imbattable au niveau du prix (voir capture), et notre offre est complète, et ne nécessite pas de s’appuyer sur des offres de fournisseurs tiers pour la sauvegarde (nous avons DPM) ou l’administration. Cette simplicité à bas coût nous donne clairement l’avantage. En prime, nous avons déjà la capacité de fournir l’automatisation (automation), avec PRO Pack (proposée par Dell notamment), alors que ce n’est pas encore disponible chez VMware.

La virtualisation n’est déployée qu’à 5% dans le monde. Croyez vous que certains retardataires attendaient l’offre de Microsoft pour se lancer ?

Ce n’est pas ce que nous avons constaté. Certains clients ont virtualisé leurs serveurs car ils avaient besoin de le faire. Mais ils n’ont pas tout virtualisé, car cela devenait trop coûteux. Nous pensons que bientôt, certains utilisateurs de VMware utiliseront aussi hyper-v, et combineront les deux technologies. Nous sommes de plus capables d’administrer à la fois les serveurs virtuels ESx et les serveurs virtuels hyper-v. Nous parions sur le choix naturel des clients. Il y en a beaucoup qui utilisent windows. Selon les derniers chiffres de IDC, il y aurait 6 millions de serveurs windows. C’est bien plus que ce que la virtualisation a fait en dix ans ! 80 % des utilisateurs de ESX de VMware font tourner des serveurs windows dans leurs machines virtuelles. hyper-v est inclus dans windows server 2008 et notre outil d’administration est capable d’administer à la fois les machines virtuelles ESX et Hyper-V, et bientôt Xen.

Certains critiquent le manque de fonctionnalités qui ont fait le succès de VMware.Que répondez vous ?

HA ? La haute disponibilité fait partie de Windows. VMotion ? Notre LiveMigration n’est pas encore là, mais dans certains cas Quick Migration est largement suffisant.

Et les partenaires ?

Tout le monde est avec nous ! Il n’y a qu’à regarder les annonces de ces dernières semaines. Netapp, HP, Dell, et de nombreux autres ont annoncé leur compatibilité avec hyper-v. Concrètement, je n’aimerais pas être à la place de VMware aujourd’hui. C’est une société qui a lancé la virtualisation sur x86, mais aujourd’hui, elle est coincée par son modèle.

Et la vision OS de VMware ? Vous allez aussi vers le cloud computing il me semble.

Nous avons aussi annoncé il y a deux jours notre vision dans le cloud computing. VMware, dans ce domaine, va devoir combattre Amazon, Google, même Intel. Pour nous, c’est extrêmement stratégique. POur VMware, c’est difficile de bâtir un OS. Nous sommes fournisseurs d’OS depuis longtemps, nous en savons quelquechose.

En prime, une petite vidéo de Zen Adam, démontrant pourquoi Microsoft est moins cher que VMware. Et aussi une slide avec le détail du calcul à la sauce Microsoft qui tente de prouver que utiliser la virtualisation chez Microsoft, est beaucoup moins cher que d’utiliser celle de VMware.


Hyper-V et Quick Migration sur le grill

22 Août

A ma droite, un bench qui démontre que VMware Workstation (!) est plus performant que Hyper-V, à ma gauche, une vidéo issue d’un blog VMware, qui démontre que l’équivalent de VMotion, QuickMotion est bourré de défauts. Ou comment la blogosphère s’acharne à démontrer que la virtualisation sous Microsoft, ce n’est pas encore ça. A vous de juger si ces informations sont utiles.

Licensing : attention, Microsoft n’a pas tout dit

22 Août


Eblouis par le formidable pas en avant que Microsoft a bien voulu faire il y a quelques jours en modifiant le licensing de ses applications en environnement virtuel, peu ont noté le détail qui tue et qui va en freiner plus d’un.
Si Microsoft a effectivement levé la restriction des 90 jours sur des applications telles que SQL, Sharepoint, Systems Center Operation Manager, l’éditeur n’a en rien modifié sa politique pour son OS Windows Server. La migration d’une machine virtuelle contenant une machine entière Windows Server est toujours un transfert de licence entre serveurs, limité à 90 jours. Cette information est pourtant bien écrite dans un document publié par Microsoft.

Eblouis par le formidable pas en avant que Microsoft a bien voulu faire il y a quelques jours en modifiant le licensing de ses applications en environnement virtuel, peu ont noté le détail qui tue et qui va en freiner plus d’un.
Si Microsoft a effectivement levé la restriction des 90 jours sur des applications telles que SQL, Sharepoint, Systems Center Operation Manager, l’éditeur n’a en rien modifié sa politique pour son OS Windows Server. La migration d’une machine virtuelle contenant une machine entière Windows Server est toujours un transfert de licence entre serveurs, limité à 90 jours.
Cette information est écrite noir sur blanc dans un document disponible sur le site de Microsoft, un document discrètement appelé Application Server Licence Mobility.

This is accomplished by allowing customers to reassign licenses freely across servers within a server farm. The changes apply to software licenses for certain server applications and all external connector (EC) licenses. In these cases, the limitation on short-term (90 days or less) license reassignment is waived. This change does not apply to software licenses for the Windows Server® operating system, Client Access Licenses (CALs), or Management Licenses (MLs). This change applies only to licenses acquired under a Volume Licensing program. It does not apply to licenses acquired through other retail sources.