Archive | EMC RSS feed for this section

EMC avale son fournisseur Configuresoft

28 Mai

itilSous les programmes EMC Server Configuration Manager et EMC Configuration Analytics Manager se faufilaient déjà les algorithmes de Configuresoft, délivrés en OEM au géant du stockage. Face au succès de ces deux logiciels qui facilitent l’adoption de la virtualisation et la mise en conformité des configurations des serveurs, EMC a décidé d’acheter purement et simplement son fournisseur. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais il serait suffisamment faible pour ne pas impacter les résultats 2009 d’EMC. La société dirigée par Joe Tucci complète donc son arsenal d’administration des infrastructures du datacentre et confirme sa volonté d’accompagner les transformations en cours dans les entreprises. Il entend fournir un ensemble de services, gérés par ITIL, autour de serveurs, applications, équipements réseaux et ressources de stockage. L’objectif ? Offrir aux clients une visibilité et un contrôle global (voire automatisé) des centres de traitements physiques et virtuels. « Avec Configuresoft, notre famille de logiciels d’administration informatique offre désormais la combinaison la plus forte et la plus complète du marché des outils d’automatisation des configurations du stockage et des réseaux », clame Chris Gahagan, Senior Vice President, Resource Management Software d’EMC. Une affirmation qu’il partage sans doute davantage avec les fondateurs de Configuresoft qu’avec les salariés et partenaires d’HP, IBM, CA ou BMC Software.

Publicités

Cisco fournisseur de serveurs ! [Dell, HP, IBM

4 Déc

Ce matin s’ouvre la conférence annuelle d’EMC à Paris, EMC Forum au CNIT Paris la Défense, à laquelle je me rends. En parcourant le programme, deux petits points méritent particulièrement toute attention.

– La conférence démarrera notamment avec un keynote de Cisco. Si l’on connait désormais (et beaucoup plus depuis VMworld à Las Vegas) les intentions du géant en matière de virtualisation (Nexus 1000V), sa présence est tout de même notable. Cisco n’a pas choisi EMC par hasard. Et n’a pas envoyé depuis San Francisco Edouard Bugnion, ex-Nuova Systems et désormais responsable de la business Unit sur la Virtualisation chez Cisco, pour rien.
Les rumeurs ces derniers jours à propos de Cisco investissant le dernier créneau sur lequel il n’était pas : les serveurs. Beaucoup de blogs (et notamment celui de mon ami DS 45), annoncent la sortie prochaine (en 2009 en tous les cas), d’un serveur lame made in Cisco, une première pour le constructeur, qui entrera directement en compétition avec Dell, HP, IBM … Je cite DS45 : « cette lame système intégrerait ses nouveaux commutateurs Nexus 5000. La société vend déjà un serveur physique, le Wide Area Application Services (WAAS), destiné à déployer les services d’infrastructure tels que le DNS et le DHCP pour les sites distants. Ce serveur est livré avec Windows Serveur 2008 pré-installé (et récemment dévoilé avec un moteur de virtualisation) ». Ce moteur de virtualisation est probablement celui de VMware.
Il est désormais connu (officieusement, mais tout le monde en parle), que ESX 4.0 devrait être lancé pour 2009, et probablement lors de VMworld à Cannes en février. Cisco devrait surfer sur cette vague pour annoncer également ces nouveaux produits. Cisco est très impliqué avec VMware, et a investi fortement ces derniers mois dans la compagnie. Cisco et VMware, on l’a compris, vont dessiner les prochaines tendances du datacenter en 2009.

Reste la partie stockage.
Il fut un temps j’entendais que le trio gagnant pour un projet de virtualisation était VMware, Cisco, Netapp. EMC aurai-il décidé de reprendre la main sur son concurrent ?

Sûrement, et c’est ce qui m’amène à l’autre point intéressant du programme de la conférence. L’omniprésence de la virtualisation de serveurs (et de VMware) dans le programme. EMC, géant du stockage, n’a jamais autant insisté sur ses relations avec VMware. Normal, me direz-vous. Oui. Mais j’aurais envie de vous répondre : ENFIN. EMC a mis un temps infini à vraiment parler de sa stratégie avec VMware. Ce n’est que lors de VMworld à Las Vegas il y a trois mois qu’il a vraiment commencé à parler de ses relations technologiques entre VMWare Infrastructure ses propres développements côté stockage.
Il fut un temps où EMC agissait plus que bizarrement. A la question, « pourquoi avez vous racheté VMware ? », j’entendais la réponse saugrenue « Ils ont une technologie serveur intéressante. Mais est les premiers surpris de ce succès ». Pour la plupart, aucun interlocuteur e semblait avoir été briefé sur la véritable stratégie. Il y a quatre ans, quand j’évoquais la possibilité d’une virtualisation globale (serveurs, stockage, réseau) EMC me répondait : « non, virtualisation du stockage et serveurs sont deux choses différentes, et le réseau, ce n’est que de la connexion ». Depuis le début, j’étais bien convaincue que si Joe Tucci, CEO d’EMC, avec acheté VMware, il devait bien avoir une raison technologique, au delà de la raison commerciale. Et il a fallu attendre que Netapp -concurrent de EMC- se place en plate-forme de choix pour la virtualisation, pour que EMC réagisse. D’ailleurs, EMC a mis deux ans à réagir. Il y a deux ans, Dave Hitz, CTO de Netapp, annonçait sur son blog que Netapp et VMware, était la combinaison gagnante pour un projet de virtualisation réussi. VMware était même presque gêné de montrer que oui, sur leur stand à VMworld (à Cannes l’an dernier), c’était bien des baies NetApp qui servaient pour la démo. On va bien voir ce qui sera dit lors de la conférence…

[VMworld 08] EMC demo of Replication Manager

16 Sep

On attendait une nouvelle de ce type, là voilà. EMC a enrichi son logiciel EMC® Replication Manager de nouvelles fonctionnalités de protection de données pour VMware Infrastructure, apportant aux environnements virtualisés des clients une continuité d’activité et une protection de données plus efficaces.
Cette nouvelle fonctionnalité peut être utilisée pour une intégration directe avec VMware VMFS pour une sauvegarde instantanée au niveau de celui-ci et une restauration instantanée au niveau de la machine virtuelle.
EMC devrait faire une démo sur son stand, on en verra donc plus dans quelques heures, dès l’ouverture du salon.

Le communiqué indique : Replication Manager automatise la gestion des réplicas de données sur les baies EMC, ce qui accélère les sauvegardes, permet un reporting plus complet et économise à la fois du temps, du personnel et des ressources informatiques. Grâce à l’automatisation des processus de gestion, les réplicas peuvent être créés dans leur contexte applicatif, avec un accès parallèle aux données de production permettant d’accélérer les opérations de sauvegarde, de test et de reporting, sans impact significatif sur la production.

Avec la nouvelle version de Replication Manager, la gestion des copies et la récupération des environnements tant physiques que virtuels s’effectuent à partir d’une console unique. Le logiciel de protection de données d’EMC fournit maintenant des réplicas au niveau de chaque machine virtuelle VMware, s’intègre avec les serveurs VMware ESX et les API Virtual Center pour garantir la cohérence des machines virtuelles. Ceci rationalise la gestion des réplicas des VMFS (pour virtual machine file system ou systèmes de fichiers des machines virtuelles) en assurant la sauvegarde/restauration cohérente et quasi instantanée de la VMFS produit via la technologie de clonage et de snapshot basée sur les baies EMC.
L’automatisation et la planification des réplicas VMFS sont devenues encore plus faciles grâce à des assistants intuitifs et à une interface « point-and-click » très simple à utiliser. Via le logiciel de gestion VirtualCenter de VMware, les clients peuvent utiliser les réplicas créés par Replication Manager pour restaurer une seule machine virtuelle.

Le SAN qu’il fallait à VMware ? [made in EMC]

11 Jan

EMC -détenteur partiel de VMware, faut il le rappeler-vient de dévoiler sa nouvelle baie de stockage Clariion AX4 (co-développée et revendue par Dell sous le nom de AX4-5) clairement destinée aux PME/PMI qui souhaitent mettre en place un SAN sans migraine et à un coût acceptable.
Techniquement, il s’agit d’une baie 2U capable de mixer disques SATA et SAS (12 slots). La solution est évolutive jusqu’à 60 disques soit 60 To de capacité maximale. Elle peut être connectée en iSCSI (1 Gb/s) ou Fibre Channel Gb/s). Elle fonctionne avec les environnements Windows, Linux, HP-UX, AIX, Solaris.
C’est la baie qui manquait à EMC (et à Dell), puisqu’elle vient combler le trou entre le très-entrée-de-gamme AX150 et les gammes CX300. Mais c’est aussi la baie qui va ravir VMware, et pour plusieurs raisons : d’abord, parce que l’éditeur numéro 1 sur le secteur de la virtualisation lorgne de plus en plus vers les PME. Ensuite, parce que stockage et serveurs sont désormais indissociables. Enfin, parce qu’EMC et Dell ont visiblement conçu le produit nativement pour les environnements virtuels VMware.
Ax4 supporte en effet les fonctionnalités VMotion, DRS et HA issues de VMware Infrastructure 3. RDM et le système de fichiers de VMware VMFS sont également supportés. Par ailleurs, la baie est capable d’augmenter à la volée, et sans impact sur les entrées/sorties, l’espace de stockage nécessaire pour les machines virtuelles, grâces aux fonctions MetaLun et VirtualLun. Il est également possible de déplacer les machines virtuelles sur les différents disques de la baie. Par exemple, il sera possible de migrer les systèmes de fichiers VMFS depuis les disques SAS vers les disques SATA.
Rappelons cependant que VMware travaille déjà avec d’autres acteurs du stockage comme notamment NetApp pour combiner machines virtuelles et SAN.
L’AX4-5 est commercialisé à partir de 8900$, est ce trop pour une PME ?