SpringSource va transformer VMware en acteur du PaaS [VMware nargue Microsoft ?]

11 Août

VMware et SpringSource« SpringSource est une société que Microsoft devrait craindre et que Oracle ou IBM devraient racheter » écrivait Matt Asay dans un article sur CNET le 30 Juillet dernier. Bingo, VMware vient de coiffer ces deux derniers au poteau, en rachetant le challenger Java pour 362 millions de dollars en cash et 58 millions en actions, soit un total de 420 millions de dollars. Il s’agit là du plus gros rachat de l’histoire de VMware. Et probablement un des plus malins.
C’est aussi un acte obligatoire pour que le leader de la virtualisation puisse, face aux géants qui rêvent de le voir défaillir, Microsoft en tête, continuer à innover, et se tailler une part de lion dans le Cloud. L’idée, avec SpringSource, est de combiner applications et serveurs, pour créer une « Platforme As A service » (PaaS) originale, qui permettra aux entreprises de gérer leurs applications futures dans n’importe quel type d’infrastructure. 

Pour Paul Maritz, CEO de VMware, « nous voulons ainsi combiner la virtualisation, qui contrôle le matériel, au framework qui touche les applications. SpringSource va transformer VMware. Nous allons devenir une véritable acteur dans le domaine du PaaS, qui nous permettra de faire le lien entre le Cloud interne et externe ». 

Après l’IaaS, le PaaS

Après vSphere, et le VDC-OS (socle IaaS), la prochaine étape pour VMware sera donc la création d’interfaces capable de travailler avec les outils de développement Java, serveurs d’applications et outils de management que SpringSource a développé (ou racheté) depuis cinq ans. Rappelons que SpringSource a réussi à se faire une place dans le monde du développement Java/JEE, dominé par Oracle, IBM ou Red Hat, à force de développements et d’acquisitions diverses. Le framework Spring serait, selon Gartner, utilisé par 2 millions de développeurs dans le monde. Il est utilisé par les entreprises pour développer des applications Java/JEE performantes, stables et faciles à maintenir. SpringSource inclut aussi dans son portefeuille Spring Security, Spring Batch, Spring Web Services, Spring Web Flow, Spring Integration, Spring .NET. Issus des rachats, Groovy on rails, Apache (Apache httpd -le serveur Web le plus utilisé au monde-, Apache Tomcat et Apache ActiveMQ), ou Hyperic, outil de gestion d’applications dans le Cloud, sont aussi des outils proposés par SpringSource, et très populaires.  Le fait que ces technologies soient Open Source est un atout de plus. 

Logique et naturel
Aussi bien pour VMware que pour SpringSource, ce rachat est « logique et naturel ». Les deux sociétés se connaissaient déjà. Lors du SpringOne 2009, une démonstration d’applications tournant avec vApp et gérée par LabManager avait déjà démontré la compatibilité entre les deux socles. Si l’on en croit les déclarations de Paul Maritz, CEO de VMware et Rob Johnson, CEO de SpringSource, dans un post sur le site de SpringSource, rien ne changera pour la suite de produits de l’éditeur Java. La société devient une filiale de VMware et Rob Johnson restera CEO de la société.
Pour Steve Herrod, CTO de VMware dans un post, la combinaison des différents outils sera heureuse. « Hyperic pourrait signaler une lenteur de l’application dans le Cloud, et cela pourrait être résolu automatiquement grâce à DRS, Fault Tolerance et HA » vShield pourrait protéger les applications embarquée avec vApp. « La différence avec les autres plate-formes PaaS sera le nombre de choix possible pour le client. Les offres PaaS d’aujourd’hui obligent les clients à s’engager avec un acteur et un type de développement donné. Nous voulons donner le choix au client pour choisir son partenaire ».

La meilleure offensive qui soit contre Microsoft ?
Pour VMware, ce sera aussi un moyen de bâtir un nouvel écosystème autour des applications et du développement. Mais le plus drôle, est sans doute ceci. Dans un article de ComputerWorld datant de Juillet, donc, avant que l’annonce du rachat ne soit faite, l’auteur interviewe Rob Johnson, enthousiaste à l’idée d’un partenariat avec Microsoft et son initiative de Cloud AZURE. Selon le CEO, SpringSource aurait développé des outils compatibles avec Azure. Si tel est le cas ….VMware aura fait un choix d’autant plus judicieux !

Qui sait, le fruit SpringSource/VMware sera peut-être la technologie qui tournera sur tous les Clouds du futur…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :