Archive | août, 2009

VMworld SF ’09 : c’est parti [et déjà des rumeurs]

31 Août

VMworld, l’événement annuel de VMware ouvre ses portes au Moscone Center de San Francisco dès ce soir. Demain mardi (avec le décalage horaire, mardi soir pour nous) est attendu le keynote de Paul Maritz, CEO de VMware, qui devrait, selon un article publié par Forbes.com, annoncer -entre autres-le lancement de vCloud Express, une plateforme vCloud simplifiée pour lancer et faire tourner des services vCloud (l’approche Cloud de VMware). Selon les rumeurs, de son côté, Xen.org annoncerait sa version équivalente à vCloud de VMware, XCP (Xen Cloud Plateform). Il est probable également que Citrix annonce de nouvelles versions de ses Essentials. XCP intègre Open vSwitch, le switch équivalent au Nexus de Cisco du monde ouvert.
VMware GO, la virtualisation en un clic
Autre fuite, avant le fameux keynote : le blog NTLPro annonce aussi la sortie demain de VMware GO, une application de type Cloud, qui permet aux petites entreprises (ou non …) d’installer un serveur ESXi en quelques clics, ou ajouter des machines virtuelles à la volée. Selon NTPro, elle serait développée en partenariat avec Shavlik Technology, société spécialisée dans l’automatisation de la gestion des machines virtuelles (et prochaine sur la liste de courses de VMware ?)
Le datacenter made in VMworld
En attendant d’en savoir plus dès demain, et pour ceux qui n’ont pas la chance de le voir sur place, une petite vidéo : le datacenter orienté « cloud » de VMworld déployé au beau milieu du Moscone Center : 776 serveurs, 37 Terrabyte de RAM, 6208 coeurs, 348 To de stockage …On peut notamment noter que EMC est très présent, mais aussi Netapp, et Cisco. EMC et Netapp ont d’ailleurs de quoi s’affronter sur le salon, avec leurs nouvelles plateformes bâties pour le Cloud. Qui sera le trio gagnant : EMC/Cisco/VMware ou Netapp/Cisco/VMware ?

à demain.

Publicités

VMware deviendrait-il un « v-dictateur » ? [Chronique de la fin d’une époque]

27 Août

Hier soir, Simon Crosby, Directeur Virtualisation chez Citrix-concurrent de VMware-postait sur son blog un message plutôt suprenant, donnant le ton du prochain VMworld qui ouvre ses portes lundi prochain à San Francisco.

“My PA Jeri tried to organize a meeting room at a hotel near the Moscone Center. She tried the W Hotel, which informed her that VMware had banned them from renting facilities to VMware competitors. Unbelievable. I guess we’ll just have to hold the meeting in our show floor booth, which courtesy VMware and the same daft rule, is limited to a 10×10. The ridiculous thing about this is that I thought that VMware was trying to convince us that VMworld is an industry show for virtualization. It clearly isn’t.”

Le message résume bien l’état d’esprit de ces derniers mois. La polémique va bon train depuis que VMware a changé sa politique concernant exposants et sponsors, surtout s’ils ne sont pas “complémentaires”.

En clair, Citrix-et probablement les autres concurrents, dont Microsoft-n’ont pas seulement l’interdiction de présenter leurs produits sur le salon, mais n’ont pas non plus le droit d’organiser quelque conférence dans les hotels aux alentours, ce qui habituellement, n’était pas un problème. Un commentaire suivant le message de Simon indique même qu’aucune manifestation provenant d’un concurrent ne peut apparemment être organisée dans un périmètre de 50 miles !

La peur d’un dictateur en perte de puissance ?

Si VMware tolère la concurrence sur son salon, elle en limite clairement les actions. Il est loin le temps où Diane Greene (ex-CEO de VMware et co-fondatrice de VMware) expliquait aux journalistes, impressionnés par le succès du salon, que “VMworld n’est pas VMware World. L’idée, est de parler de virtualisation, et avec tous les acteurs du marché”. Sur un secteur où les salons indépendant vont mal, le succès de VMworld faisait rêver. Et les afficionados de VMware, aimaient justement cette ouverture d’esprit.

La preuve que le leader se sent menacé. “V seeming more and more like a desperate little dictator losing power” indique un autre bloggeur en commentaire au post de Simon.

Image 1Il faut dire que l’an dernier, Microsoft avait, comme à son habitude, frappé fort, en distribuant des jetons de casino (l’événement se passait à Las Vegas) surlesquels étaient inscrit “VMwareCostWayToomuch”…Pas encore suffisament prêt pour présenter une offre “concurrente”, Microsoft avait misé sur sa force : le message qui tue. VMware avait grincé des dents. C’était probablement la goutte de trop.

Mais finalement, quoi de plus naturel pour une société, qui subit désormais de grandes pressions, de se protéger ? La plupart des événements “propriétaires” des autres constructeurs ne prennent pas le risque d’y inviter leur concurrence.
Cette année, alors que Citrix et Microsoft ont désormais de quoi répondre à l’offre du leader, VMware ne pouvait probablement pas prendre un risque aussi grand, et amener ses propres clients vers la concurrence ! Compréhensible. Il faut se rendre à l’évidence, tout ceci devait finir par arriver.

C’est simplement la fin d’une (belle) époque.

SpringSource va transformer VMware en acteur du PaaS [VMware nargue Microsoft ?]

11 Août

VMware et SpringSource« SpringSource est une société que Microsoft devrait craindre et que Oracle ou IBM devraient racheter » écrivait Matt Asay dans un article sur CNET le 30 Juillet dernier. Bingo, VMware vient de coiffer ces deux derniers au poteau, en rachetant le challenger Java pour 362 millions de dollars en cash et 58 millions en actions, soit un total de 420 millions de dollars. Il s’agit là du plus gros rachat de l’histoire de VMware. Et probablement un des plus malins.
C’est aussi un acte obligatoire pour que le leader de la virtualisation puisse, face aux géants qui rêvent de le voir défaillir, Microsoft en tête, continuer à innover, et se tailler une part de lion dans le Cloud. L’idée, avec SpringSource, est de combiner applications et serveurs, pour créer une « Platforme As A service » (PaaS) originale, qui permettra aux entreprises de gérer leurs applications futures dans n’importe quel type d’infrastructure. 

Pour Paul Maritz, CEO de VMware, « nous voulons ainsi combiner la virtualisation, qui contrôle le matériel, au framework qui touche les applications. SpringSource va transformer VMware. Nous allons devenir une véritable acteur dans le domaine du PaaS, qui nous permettra de faire le lien entre le Cloud interne et externe ». 

Après l’IaaS, le PaaS

Après vSphere, et le VDC-OS (socle IaaS), la prochaine étape pour VMware sera donc Lire la suite