[Polémique] VMware met-il la pression à ses partenaires ?

9 Juin

Veeam ESXi free supportPour Veeam, ESXi free, c’est fini. L’éditeur, qui vient de sortir de nouvelles versions de ses outils pour vSphere 4 (je vais y revenir), a du se résoudre à ne plus proposer ses outils de sauvegarde et de réplication pour ESXi gratuit, à la demande expresse de VMware. (ESXi est toujours supporté). La nouvelle, anodine au demeurant, a été, dans les faits, mal perçue par une partie de la communauté. Pour Ratmir Timashev, CEO et Président de Veeam, que nous avons eu au téléphone la semaine dernière, « Nous voulons être un bon partenaire, et donc, nous avons accepté la demande de VMware ». En bon petit soldat, Veeam a donc choisi de laisser tomber un pan de son activité, qui, à priori, était lucratif. La réaction est légitime. Quel partenaire aujourd’hui peut prendre le risque de se froisser avec VMware ? Mais ce dernier peut-il dicter ce que son écosystème a le droit ou ne pas le droit de développer ?

Revenons un an en arrière. VMware avait lancé une version gratuite de son hyperviseur ultra-léger ESXi, d’une part pour faire face à la pression de la concurrence, Microsoft et Citrix, qui proposaient leurs hyperviseurs gratuitement. Pour VMware, ESXi free devait être une mise en bouche à la virtualisation, pour donner envie aux prospects de passer ensuite au plat de résistance, avec une version payante de ESXi, ou de ESX pour la mise en place de projets plus complexes. Veeam était fier d’annoncer le support de cette version avec ses outils de backup et de réplication.
Pas aussi simple
Un an plus tard, l’histoire n’est plus aussi simple. Les PMEs, ravies-en ce temps de crise-de profiter de l’excellent hyperviseur de VMware gratuitement, y avaient trouvé leur compte, aussi grâce à des acteurs tels que Veeam, qui offrait des fonctions de sauvegarde et de réplication compatible avec cet hyperviseur gratuit. En somme, la combinaison des deux offrait une solution de virtualisation suffisamment sécurisée pour ne plus avoir envie de passer à autre chose. On comprend que cette situation puisse irriter VMware. La raison logique de cette affaire seraient donc financière et stratégique.

Pourtant, dans un article de Alex Barrett, News Director pour searchservervirtualization, VMware offre un début de réponse officielle. « C’est une question de qualité. Il semble que Veeam n’ait pas développé ses outils en suivant les méthodes préconisées par VMware. Nous ne voulons pas être associés à un produit qui ne serait pas satisfaisant ». Ratmir Timashev ne tient pas le même discours, cependant, et privilégie la logique financière. « VMware a décidé de supprimer certaines fonctionnalités de son ESXi gratuit, notamment les possibilités de sauvegarde et d’administration, pour faciliter le passage vers les versions payantes. Il nous ont donc demandé logiquement de faire de même, ce que nous comprenons, même si nos clients ne sont pas satisfaits » ajoute-t-il. Sur le blog de Veeam, un utilisateur mécontent s’insurge : « pourquoi sortir une version gratuite sans restrictions et ensuite pénaliser le partenaire qui innove ? ». 

VMware a du essentials dans son sac

Quoiqu’il en soit, la nouvelle tombe plutôt mal. Depuis quelques semaines, VMware semble de plus en plus souvent montré du doigt (le plus souvent en off …), et en contrarie certains, notamment en développant lui-même des fonctionnalités qui faisaient le business de ses partenaires. De plus, Microsoft vient d’annoncer Hyper-V R2 (a priori disponible en octobre, en même temps que windows 7), et Xen a aussi été enrichi de nouvelles fonctionnalités. Les PME vont-elles du coup se tourner en masse vers la concurrence ?

Pas si sûr. L’arrivée de vSphere, et notamment le bundle Essentials (que Veeam supporte !), à un prix très inférieur à ce que VMware avait pratiqué jusqu’alors, pourrait bien permettre à VMware d’atteindre son but : toucher les PME, et leur offrir une plate-forme de virtualisation de qualité pour un prix raisonnable (à partir de 795 dollars). Sur le terrain, les intégrateurs confirment : VMware reste pour une bonne majorité la plate-forme de choix dans les projets de virtualisation. D’ailleurs, sur le blog de Veeam, un utilisateur mécontent de l’arrêt du support de ESXi free, précise néanmoins qu’il est prêt à migrer vers vSphere Esssentials. 

Quoi qu’il en soit, s’il est un partenaire conciliant, Veeam ne se laisse pas démonter. Selon Ratmir Timashev, « nous allons prochainement étendre nos produits à Hyper-V, en commençant par la sauvegarde, non seulement parce que cette aspect et encore une faiblesse de Microsoft, mais aussi parce que nos clients et notre channel nous le réclament. Les clients semblent intéressés par une infrastructure virtuelle hétérogène, mais ne veulent qu’un seul produit de sauvegarde et de réplication », conclut-il. 

ESXi free vaut-il la peine ?
Au delà de la polémique,  je me suis permise de poser la question du réel intérêt de cette version gratuite, si chère aux mécontents cités plus haut, à mon cher ami Olivier Parcollet, un des leader du User Group VMware français, qui ne lui donne pas beaucoup de crédit depuis son lancement.

« Beaucoup de petites entreprises d’informatique profitent de ce produit gratuit pour se prendre pour des pros de la virtualisation et l’installent (quand ils y arrivent) chez leurs clients sans même prendre la précaution de prendre un contrat de maintenance. Et au premier problème, c’est la débacle. Sinon, beaucoup de jeunes se lancent sur le même produit à la maison mais l’impatience aidant, ne lisent pas la conséquente documentation et posent directement les questions de base (l’install, la 1ere configuration … ) sur les forums. Je pense que c’est contraire à l’esprit que souhaite donner à ce produit VMware, produit qui risque du coup de faire des déçus … qui pourraient à leur tour se rendre sous d’autres cieux avec aussi des nuages mais aussi des fenêtres ». 

Voilà de quoi rabattre le caquet à la polémique ambiante. 

Et vous, vous en pensez quoi ?

Publicités

Une Réponse to “[Polémique] VMware met-il la pression à ses partenaires ?”

  1. Etienne Pouliot juin 9, 2009 à 1:18 #

    Bonjour,

    C’est certain que VMware à mal agit dans ce dossier. Je peux comprendre qu’il demande à leur partenaire de ne pas développer des logiciels qui vont nuire à leur vente…mais pourquoi attendre si longtemps pour le demander ? Imaginer tous le temps et les investissement qui ont dû être nécessaire à Veam pour sortir la version compatible ESXi 4.

    À leur place, je serais frustré aussi….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :