Archive | août, 2008

Hyper-V et Quick Migration sur le grill

22 Août

A ma droite, un bench qui démontre que VMware Workstation (!) est plus performant que Hyper-V, à ma gauche, une vidéo issue d’un blog VMware, qui démontre que l’équivalent de VMotion, QuickMotion est bourré de défauts. Ou comment la blogosphère s’acharne à démontrer que la virtualisation sous Microsoft, ce n’est pas encore ça. A vous de juger si ces informations sont utiles.

Les applications transactionnelles sous VMware plus efficace grâce à DataSynapse

22 Août

Datasynapse a rejoint cet été le programme partenaire de VMware (VMware Technology Alliance Partner (TAP) program) pour intégrer son application FabricServer spécifiquement avec Virtual Center. Selon Jean-Pierre Ullmo, directeur des ventes en France de la société, « il s’agit d’une reconnaissance de la part de VMware de la complémentarité de nos solutions avec les leurs afin d’avoir une gestion plus efficace en production des applications transactionnelles en environnement virtualisé.

Licensing : attention, Microsoft n’a pas tout dit

22 Août


Eblouis par le formidable pas en avant que Microsoft a bien voulu faire il y a quelques jours en modifiant le licensing de ses applications en environnement virtuel, peu ont noté le détail qui tue et qui va en freiner plus d’un.
Si Microsoft a effectivement levé la restriction des 90 jours sur des applications telles que SQL, Sharepoint, Systems Center Operation Manager, l’éditeur n’a en rien modifié sa politique pour son OS Windows Server. La migration d’une machine virtuelle contenant une machine entière Windows Server est toujours un transfert de licence entre serveurs, limité à 90 jours. Cette information est pourtant bien écrite dans un document publié par Microsoft.

Eblouis par le formidable pas en avant que Microsoft a bien voulu faire il y a quelques jours en modifiant le licensing de ses applications en environnement virtuel, peu ont noté le détail qui tue et qui va en freiner plus d’un.
Si Microsoft a effectivement levé la restriction des 90 jours sur des applications telles que SQL, Sharepoint, Systems Center Operation Manager, l’éditeur n’a en rien modifié sa politique pour son OS Windows Server. La migration d’une machine virtuelle contenant une machine entière Windows Server est toujours un transfert de licence entre serveurs, limité à 90 jours.
Cette information est écrite noir sur blanc dans un document disponible sur le site de Microsoft, un document discrètement appelé Application Server Licence Mobility.

This is accomplished by allowing customers to reassign licenses freely across servers within a server farm. The changes apply to software licenses for certain server applications and all external connector (EC) licenses. In these cases, the limitation on short-term (90 days or less) license reassignment is waived. This change does not apply to software licenses for the Windows Server® operating system, Client Access Licenses (CALs), or Management Licenses (MLs). This change applies only to licenses acquired under a Volume Licensing program. It does not apply to licenses acquired through other retail sources.

Les spéculations continuent

22 Août

Dans un précédent post, je vous disais que sur la blogosphère, certains avançaient déjà que VMware allait annoncer la version 4.0 de son hyperviseur. Un récent post de Rich Bramble, un consultant notamment spécialisé VMware, assure le contraire.

It was explained to me that an increase in pressure from VMware Marketing to rush the development of new releases to availability has been felt internally in order to combat new competition from Microsoft Hyper-V and Citrix XenServer. As a result of this new pressure, many of the new features in ESX/ESXi Update 2 were originally scheduled for the supposed 4.0 version but instead released early. VMware is understandingly slowing down the development cycle again after the August 12 time bomb disaster.

Nouvelle version ou pas, les clients -en tous les cas français- semblent vouloir du neuf pour oublier le mauvais bug du 12 Août. Sans aller jusqu’à la version 4, ils veulent surtout être rassurés sur la capacité de VMware à tenir la barre face à Microsoft et Citrix, tout en poursuivant l’innovation. A savoir : quel est le plan d’action envisagé ?

Agenda : Moderniser son infrastructure [Conférence IDC]

20 Août


IDC propose une conférence d’une journée fin septembre dédié à la modernisation des infrastructures. Bien évidemment, la virtualisation, le green it et la sécurité font partie des thématiques. A ne pas manquer !

Conférence IDC France Infrastructure IT 2008
Modernisation, rationalisation et pilotage des infrastructures IT
25 septembre 2008, Paris

Les thèmes abordés :

Comment réduire les coûts d’une infrastructure toujours plus
complexe ?

Comment appliquer les technologies de virtualisation ? Quelles
sont les difficultés réelles de migration vers ces architectures
virtualisées ? Comment gérer ces environnements virtualisés qui se
multiplient ?



IDC propose une conférence d’une journée fin septembre dédié à la modernisation des infrastructures. Bien évidemment, la virtualisation, le green it et la sécurité font partie des thématiques.

Conférence IDC France Infrastructure IT 2008
Modernisation, rationalisation et pilotage des infrastructures IT
25 septembre 2008, Paris

Les thèmes abordés :

Comment réduire les coûts d’une infrastructure toujours plus
complexe ?

Comment appliquer les technologies de virtualisation ? Quelles
sont les difficultés réelles de migration vers ces architectures
virtualisées ? Comment gérer ces environnements virtualisés qui se
multiplient ?
Les technologies de datacenter et de stockages de nouvelles
générations sont-elles capables de supporter de hauts niveaux de
fiabilité et de disponibilité ?
Les niveaux de sécurité atteint sont-ils suffisants ? A quel
coût ?

Quelle démarche d’accompagnement mettre en œuvre ? Quelle est la
place des prestataires externes dans les projets de refonte
architecturale et dans l’exploitation des infrastructures
informatiques ?

Comment arriver à maîtriser les coûts de son infrastructure
informatique pour toujours garder le contrôle ? Comment piloter
efficacement le système d’information de l’entreprise pour qu’il
délivre une qualité de service optimale aux utilisateurs internes
et externes ?

Venez explorer les meilleures pratiques de modernisation d’infrastructure
ITavec l’appui de nombreux retours d’expérience utilisateurs (Dassault
Aviation, …) et experts (IBM, APC, CA)

Pour vous inscrire gratuitement,
http://www.idc.com/france/events/infrastructure08/index.jsp
Code promo à reporter sur le formulaire d’inscription : INFVIRT
Contact : Edith Tricheux Tel. : 01 55 39 61 21 e-mail :
etricheux@idc.com…)

Sun xVM Server 1.0 pour la rentrée

20 Août

Après avoir fièrement communiqué sur les 5 millions de téléchargements de sa VirtualBox (racheté il y a quelques mois), Sun revient enfin sur la suite des événements concernant sa solution côté serveur. Sur son blog, Virtual Steve alias Steve Wilson, le Vice-Président en charge des produits de virtualisation chez Sun, annonce la sortie imminente de la version 1.0 xVM Server. Comme il le rappelle dans son post « xVM Server est bien plus qu’un hyperviseur nu ». Une démo vidéo de xVM Server est en ligne sur son blog.

Un ESX 4.0 annoncé à la rentrée ? [et avec quoi dedans ?]

20 Août


A travers la blogosphère virtuelle, les spéculations vont d’ores et déjà bon train sur ce que VMware pourrait bien annoncer de fracassant lors du prochain VMworld qui aura lieu en septembre à Las Vegas. Certains fins limiers, tirent des conclusions parfois amusantes sur ce qu’ils ont pu déduire en lisant les descriptifs mystérieux des sessions proposées sur le programme de la conférence annuelle. Certains assurent déjà que le premier keynote annoncera l’arrivée de ESX 4.0 (suivi d’une session Lab A sur le sujet !) Une rumeur plus que plausible, dans la mesure où VMware avait plus ou moins déjà laissé entendre l’arrivée de la prochaine mouture de son hyperviseur pour la fin de l’année. Quoi de plus naturel, donc, de profiter de son show annuel pour en dévoiler la teneur ? Mais n’allons pas trop vite. D’expérience, VMware sait créer de bonnes surprises lors de ses keynotes et en dérouter plus d’un.
Tout ceci me rappelle néanmoins quelques discussions que j’ai eu la chance d’avoir avec des clients de VMware avant l’été, qui jouent aussi aux devinettes.

A travers la blogosphère virtuelle, les spéculations vont d’ores et déjà bon train sur ce que VMware pourrait bien annoncer de fracassant lors du prochain VMworld qui aura lieu en septembre à Las Vegas. Certains fins limiers, tirent des conclusions parfois amusantes sur ce qu’ils ont pu déduire en lisant les descriptifs mystérieux des sessions proposées sur le programme de la conférence annuelle. Certains assurent déjà que le premier keynote annoncera l’arrivée de ESX 4.0 (suivi d’une session Lab A sur le sujet !) Une rumeur plus que plausible, dans la mesure où VMware avait plus ou moins déjà laissé entendre l’arrivée de la prochaine mouture de son hyperviseur pour la fin de l’année. Quoi de plus naturel, donc, de profiter de son show annuel pour en dévoiler la teneur ? Mais n’allons pas trop vite. D’expérience, VMware sait créer de bonnes surprises lors de ses keynotes et en dérouter plus d’un.
Tout ceci me rappelle néanmoins quelques discussions que j’ai eu la chance d’avoir avec des clients de VMware avant l’été, qui jouent aussi aux devinettes.
Certains affirment que les fonctionnalités tourneront autour du stockage, de la sécurité, de l’intéropérabilité entre machines virtuelles. Rien de bien surprenant. Mais une des pistes les plus intéressantes que l’on m’a rapporté concerne « la gestion des interdépendances entre applications ». Il s’agirait là d’une solution de découverte et de cartographie des dépendances entre applications, piloté depuis virtual center. Une sorte de solution allégée de ce que EMC propose avec son Smart Application Discovery Manager 6.0, d’ailleurs déjà compatible avec les environnements virtualisés VMware. Vivement le 15 septembre…

Microsoft change (enfin) de licensing [fini les 90 jours]

20 Août


C’est la rentrée, et Microsoft met en route son rouleau compresseur. Outre une campagne de marketing importante dans le monde entier (« Get Virtual Now »), maintenant qu‘il est fier des produits de virtualisation qu’il a dans sa besace, l’éditeur annonce des changements majeurs sur un des points les plus touchy de la virtualisation : les licences.
Après des mois de pression de la part de la communauté virtuelle, et des mois de critiques, Microsoft a finalement accepté de changer. A partir du 1er Septembre prochain, les clients de Microsoft pourront désormais migrer jusqu’à 41 machines virtuelles d’un serveur à un autre au sein d’une même ferme aussi souvent qu’ils le souhaitent sans avoir à payer de licences supplémentaires, annonce un communiqué de la firme.

C’est la rentrée, et Microsoft met en route son rouleau compresseur. Outre une campagne de marketing importante dans le monde entier (« Get Virtual Now »), maintenant qu’il a des produits de virtualisation dans sa besace, l’éditeur annonce des changements majeurs sur un des points les plus touchy de la virtualisation : les licences. Après des mois de pression de la part de la communauté virtuelle, et des mois de critiques, Microsoft a finalement accepté de changer son fusil d’épaule.
A partir du 1er Septembre prochain, les clients de Microsoft pourront désormais migrer jusqu’à 41 machines virtuelles d’un serveur à un autre au sein d’une même ferme aussi souvent qu’ils le souhaitent, sans avoir à payer de licences supplémentaires, annonce un communiqué de la firme.
Ils pourront bénéficier d’un support technique spécifique pour 31 applications hébergées. Cette nouvelle politique de licence concerne aussi bien les applications SQL Server 2008 enterprise Edition, Microsoft Dynamics CRM 4.0 Enterprise and Professionnal editions, Microsoft Exchange Server 2007 Service Pack 1 Standard and Enterprise editions, Microsoft Office SharePoint Server 2007 ainsi que la gamme Microsoft System Center.
Cette annonce est bien évidemment une bonne nouvelle. La nouvelle politique de licensing rend possible avec Hyper-V les projets de plan de reprise d’activité, de haute disponibilité, et de migration à chaud.
Rappelons que jusque là, migrer une machine virtuelle d’un serveur à l’autre était considéré comme un transfert de licence et qu’une fois fait, rien ne pouvait plus bouger pendant 90 jours (à moins de racheter des licences). Dès septembre, cette limites des 90 jours tombe.

PatricK O’Rourke, sur le blog officiel de Microsoft sur la virtualisation, donne des exemples pratiques intéressants, comme par exemple :

A customer has a server farm with 8 4-processor servers, running a total of 4 copies of Exchange.
o Under the old rules, they would need to either manually move the Exchange instances to another server that is already licensed for Exchange, OR they would need to license all 8 possible servers for Exchange.
o Starting Sept. 1, they will need to have a license for each running instance (4) and those licenses can be moved from one physical server to another as needed.

De son côté, Chris Wolf, analyste pour le Burton Group, applaudit l’initiative de Microsoft blog. Mais selon ses dires, ce changement n’aurait finalement qu’un faible impact, la plupart des entreprises n’ayant jusque là pas connaissance de la politique des 90 jours, et n’ayant pas pris la peine de payer pour les licences supplémentaires lorsqu’ils migraient des machines virtuelles (really ?) Personnellement, je pense que l’ancienne politique de licence était quand même un frein important à l’adoption de la virtualisation made in Microsoft, surtout pour le premier marché visé, à savoir les PME. A vous de me dire si cette nouvelle politique va effectivement vous changer la vie.

Virtualisation d’adresses réseau : FSC veut simplifier les architectures lame

19 Août


Fujitsu Siemens Computers veut simplifier l’utilisation et l’administration des
serveurs Blade dans des environnements LAN/SAN. Son nouveau produit, ServerView Virtual-I/O Manager virtualise les adresses réseau physiques au sein des serveurs lames PRIMERGY, en simplifiant ainsi la commutation interne.

Fujitsu Siemens Computers veut simplifier l’utilisation et l’administration des
serveurs Blade dans des environnements LAN/SAN. Son nouveau produit, ServerView Virtual-I/O Manager virtualise les adresses réseau physiques au sein des serveurs lames PRIMERGY, en simplifiant ainsi la commutation interne.

Selon FSC, cette solution facilite des opérations jusqu’ici longues et complexes, comme la gestion des nouvelles installations, une reprise système rapide et au meilleur coût, les maintenances planifiées et la migration en masse de systèmes comme par exemple le passage de systèmes de test vers la production.
Selon le communiqué, le ServerView VIOM virtualise les adresses réseau physiques (MAC et WWN), éliminant les difficultés liées aux chevauchements des domaines d’administration entre le SAN, le LAN et les serveurs. Par conséquent, il évite les risques d’erreurs d’identité des serveurs lors du remplacement de lames, et renforce l’interopérabilité au niveau du protocole de
commutation avec des commutateurs d’autres marques. En virtualisant totalement les adresses des entrées-sorties, ServerView
VIOM autorise une virtualisation totale des E/S dans les environnements constitués de Serveurs Blade PRIMERGY. Ainsi, il élimine les limitations de performances résultant de la liaison physique des systèmes d’E/S avec
des adresses réseau fixes. Des pools d’accès au SAN et de LAN peuvent être préconfigurés avec des
adresses d’E/S allouées à l’avance et prêtes à être utilisées par les lames, ce qui réduit les délais et les coûts des déploiements. De plus, la préparation d’un pool d’adresses d’E/S réservées simplifie la gestion du SAN et du LAN, et rend les systèmes d’E/S sont totalement indépendants des systèmes d’exploitation et transparents pour les applications, le réseau et les systèmes de stockage. ServerView VIOM a été développé en parallèle avec la dernière génération
de Serveurs Blade, le modèle PRIMERGY BX600 S3. Il est actuellement compatible avec les lames PRIMERGY BX620 S4 et BX630 S2. ServerView VIOM fonctionne avec n’importe quel système d’exploitation ou Hyperviseur. Son
prix de départ est de 2 300 euros par châssis PRIMERGY BX600.

Réplication continue sur IP : un retour utilisateur

19 Août

Pour ceux qui le connaissent, cela n’a rien de surprenant. Il teste tout, et raconte tout ! Olivier Parcollet (je sais, encore lui !) vient de poster sur le forum du Club Utilisateur son retour utilisateur »de l’un de ses tests de l’été » concernant la mise en place d’une solution de stockage non-stop pour certaines de ses machines virtuelles. Le test s’effectue sur DRDB, un produit de réplication OpenSource de réplication continue de données sur IP.

L’intérêt de la chose me direz-vous ?
permettre la haute disponibilité de stockage smili-synchrone sur IP avec deux noeuds NFS en cluster : du RAID 1 en réseau quoi …
son coût d’acquisition : 0,00€
sa relative automatisation en terme de reprise sur un incident/reconstruction.

Au vu du nombre de lectures de ce post, je suppose que ce type de tests intéresse beaucoup de monde. Nous, on est toujours preneurs.